Rechercher
  • Ch. Bayet

La sortie du gaz naturel, pour bientôt ?

En Belgique, la pression monte dans les couloirs des ministères. Sous l’impulsion de l’Europe, tous les pays limitrophes à la Belgique, signataires de l’Accord de Paris mettent en œuvre leur agenda vers une transition énergétique bas carbone avec l'activation de la sortie de la dépendance aux énergies fossiles.


Les Pays-bas par exemple, plus grand producteur de gaz naturel avec le gisement de Groningue, ont annoncé non seulement la fin de l’extraction en 2030, et plus spectaculaire encore, la fin total de l’usage du gaz naturel dans l’habitat résidentiel à horizon 2050.

Depuis 2019, Amsterdam, Rotterdam et Utrecht, ont signé un « accord vert » pour les « quartiers sans gaz », qui permet de déconnecter les premiers quartiers résidentiels du réseau. Les 7 millions de logements existants sont progressivement déconnectés et aucun raccordement au gaz n’est autorisé dans les constructions neuves.


En France, le ministère de la Transition écologique a détaillé les lignes de force du futur texte réglementaire qui vise à ce que dès cet été 2021, le chauffage au gaz sera interdit pour les maisons individuelles neuves. En logements collectifs, la transition sera progressive, mais dans le même objectif de sortir le gaz non-vert à terme.


En Belgique, c’est le mazout qui est dans le premier viseur pour arriver à la sortie des énergies fossiles. Dès cette année, l’installation de chaudière au mazout pour des nouvelles constructions et rénovation lourde n’est plus possible en Flandre. A Bruxelles, l’échéance de 2025 est sur la table pour le mazout et 2030 pour le gaz. Bref, c'est demain!


Lorsqu’il s’agit d’investir pour son foyer, sur le long terme en pensant aux générations futures, pourquoi ne pas déjà faire le pas en refusant le raccordement au gaz ou le mazout ? Wanit est à votre disposition pour vous conseiller.


https://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/Plan_Energie_climat_Klimaatplan_2030_FR

4 vues0 commentaire