top of page
Rechercher
  • cbayet3

Des news du projet pilote avec le CPAS de Tournai

Nombreux articles de presse ce jour à propos de notre projet pilote avec le CPAS de Tournai. passage au JT de 19h30 de la RTBF le 07-12-2022, en radio sur la Première ce matin, et bien d'autres.


https://www.rtbf.be/article/des-panneaux-solaires-pour-chauffer-leau-des-plus-demunis-11119251

Un grand merci au CPAS de Tournai, et particulièrement à Madame Laeticia Liénard, présidente du CPAS pour son investissement dans le projet.



Voici le contenu de l'article de Sudinfo

https://www.sudinfo.be/art/d-20221207-3ZJ5M2?referer=%2Farchives%2Frecherche%2Fpaywall%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3Dwanit


https://www.sudinfo.be/id586310/article/2022-12-07/un-chauffe-eau-hybride-photovoltaique-unique-et-revolutionnaire-dans-un-logement?referer=%2Farchives%2Frecherche%2Fpaywall%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3Dwanit


Un chauffe-eau hybride photovoltaïque unique et révolutionnaire dans un logement du CPAS de Tournai: «Cela permet de faire des économies, en moyenne, de 85%»

La société Wanit, installée en partie à Rumes, propose des solutions innovantes en matière de fourniture d’eau chaude. Avec le CPAS, ils ont installé un chauffe-eau hybride au sein d’un logement qui appartient au Centre pour un projet-pilote.

Un beau partenariat entre le CPAS et la société Wanit. - B.L.

Par Arthur Gosset Publié le 07/12/2022 à 17:22


Et si on assistait à une nouvelle ère au niveau de l’utilisation de l’eau chaude pour les prochaines années ? Cela pourrait être le cas avec ce nouveau système de chauffe-eau hybride photovoltaïque qu’une société, qui a son centre de recherche et développement à Rumes, a créé. En partenariat avec le CPAS, le fondateur de la société, Christian Bayet, a demandé à mener un projet pilote qui consistait en la pose de ce chauffe-eau dans un logement du CPAS situé à la rue du Calvaire à Melles. L’installation, qui coûte environ 4.000 euros, a été entièrement prise en charge par la société. Elle consiste en la pose de panneaux photovoltaïques, d’un chauffe-eau de 80L, du connecteur solaire et de ses accessoires. « Ce qui est révolutionnaire, c’est la manière d’attribuer le courant, de le piloter, de le gérer pour qu’il soit affecté en priorité à vos besoins en eau chaude », explique Christian Bayet. « C’est un chauffe-eau photovoltaïque, ce qui n’existe pas sur le marché. C’est aussi un système d’autoconsommation complet. Avec ce système-là, vous avez la possibilité d’agrandir votre volume de consommation au-delà de votre consommation d’eau chaude et éventuellement aussi de raccorder le réseau électrique de la maison dessus ».

Pour les personnes installant ce système, les besoins en eau chaude seront grandement couverts : « Un panneau par personne va couvrir le besoin en eau chaude sanitaire à hauteur de plus ou moins 85 % sur l’année. En hiver, on reste quand même en Belgique, il y a des périodes où il n’y a pas de soleil pendant plusieurs jours… Nous sommes les seuls à commercialiser cela puisque c’est notre société qui a créé ce chauffe-eau hybride ». Le CPAS veut atteindre des PEB B Pour les particuliers, il est possible depuis cet été de s’en procurer. « Ici, c’est un projet-pilote qui va durer deux ans. Cela sert donc de base afin de voir si les habitudes des gens changent, etc. Pour une installation comme celle-ci, nous sommes de l’ordre de 4.000 euros. Mais tout est modulable. On peut aller jusqu’à six panneaux photovoltaïques par exemple. Cela se met principalement dans des petits logements. Au départ, c’était vers ce type de logements que l’on se destinait mais tous ceux qui ont investi dans de nombreux panneaux mais qui ont encore leur eau chaude qui fonctionne avec le mazout, le gaz, etc., ont envie d’améliorer leur autoconsommation. Les demandes augmentent de plus en plus ».Pour le CPAS, l’objectif est d’atteindre le certificat PEB B dans les logements alors qu’ils sont pour le moment très énergivores. « Pour le moment, nous sommes en F ou G. C’est bien trop », avoue Laetitia Liénard, la présidente du CPAS. « Certains payent plus cher leur consommation que leur loyer. Ce n’est pas normal. Chaque année, un budget de 250.000 euros est prévu pour que 10 logements deviennent des PEB B. Cela passe par le remplacement des chassis, de l’isolation… ».


143 vues0 commentaire
Post: Blog2_Post
bottom of page