top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCh. Bayet

Le boiler thermodynamique, la seule alternative pour un monde décarboné? Certainement pas! Conclusion d'une étude comparative:

Les prescripteurs sont confrontés chaque jour au choix cornélien suivant : électrifier les usages des clients et bannir ainsi les installations à brûleurs (de gaz ou mazout) des projets, ou bien continuer à prescrire celles-ci au vu des coûts limités qu’elles peuvent représenter, et ce malgré l’impact désastreux en termes de GES.

 

Pour le chauffage, la pompe à chaleur semble être l’alternative aux bonnes vieilles chaudières gaz que ce soit un chauffage par le sol en basse température, ou bien via de petites unités déportées (permettant également la climatisation). L’investissement est certes plus coûteux, mais les dépenses récurrentes en énergie sont globalement semblables (prix du gaz 3x moins cher que le prix de l’élec, mais la PAC peut atteindre une COP de 3x sur base saisonnière).

 

Pour l’eau chaude sanitaire, le choix est moins évident.

 

Sur le court-terme, et indépendamment de toute considération écologique, la chaudière gaz instantanée reste la plus adaptée. Cependant nous sommes tous d’accord pour dire que cette solution n’est pas soutenable sur le long-terme : la sortie du gaz fossile est déjà annoncée et quoi qu’on en pense, le biogaz ne pourra répondre qu’à une fraction de la demande actuelle. La sortie du gaz fossile est un bien pour la planète, mais quelle alternative alors pour la production d’ECS ?

 

Voici les principales conclusions d’une étude comparative [1] des solutions électriques de production d’ECS qui permettront aux prescripteurs de faire le bon choix et conseiller les maîtres de l’ouvrage de manière éclairée.

 

L’étude repose sur les hypothèses suivantes :

-        La consommation énergétique du ménage moyen (famille typique de 3 personnes) de ~2.000kWh/an

-        Le prix de l’électricité retenu est le prix de marché au jour de l’étude de 0,35€/kWh

-        L’analyse intègre une inflation énergétique de 3% (bien que tous les modèles prévoient une hausse des coûts de l’énergie sur le moyen- long-terme bien plus importante)

 

 


Scénario « boiler électrique classique »


S’il est économique à l’achat et à l’installation (~1.500€), le « ballon d’eau chaude » comme on l’appelle est pénalisé en raison de sa forte consommation énergétique, dont la dépense s’envole au fil de son utilisation. Comme le dit l’adage, acheter un boiler électrique aujourd’hui, c’est reculer pour mieux sauter.

 

Conclusion : une facture de 13 000€ sur 15 ans. Sauf pour les très petits consommateurs d’eau chaude, un boiler électrique doit s’accompagner d’énergie PV pour tenter de réduire la facture.

 

 

Boiler classique + PV

 

Installer des panneaux photovoltaïques complémentaires pour compenser la chauffe directe est une option. Le gros inconvénient est l’absence de corrélation entre chauffe du boiler et production PV. Certes des mécanismes existent (de la simple minuterie au routeur solaire) mais l’autoconsommation PV dépassera rarement les 35%.

L’énergie excédentaire est revendue sur le réseau électrique pour un prix de rachat de 3c€/kWh soit 10x moins que son prix d’achat.

 

Conclusion :  l’investissement dans le PV permet une réduction de la dépense totale de 2.000€ sur 15 ans, ramenant la facture globale à 11.000€ (déduction faite de l’électricité revendue au réseau)

 

 

Boiler thermodynamique (PAC)

 

Le boiler thermodynamique semble être l’alternative crédible, surtout à défaut de place en toiture pour installer des panneaux PV : il affiche une performance (COP) sur base annuelle ou estivale avantageuse mais vu la haute température d’eau à produire combinée aux températures basses, son COP est proche de 1 en hiver (donc au final peu ou prou identique à celui d’un boiler électrique classique).

Son grand défaut relève de son encombrement important, ce qui le rend peu adapté pour des petits logements car il consomme trop de m² utiles. Au prix du m² en ville, ça fait cher payé. Son installation nécessite des tubages calorifugés, des percements complexes qui s’ajoutent à son prix d’achat élevé (au total, 3.500-4.000€). Une PAC reste fragile sans compter son bruit de fonctionnement qui peut se révéler très ennuyant.

 

Conclusion : le boiler thermodynamique fait mieux que son alter-ego « classique », la facture globale sera limitée à 9.700€ sur 15 ans

 

 

Boiler thermodynamique + panneaux PV

 

En le couplant à des panneaux photovoltaïques (4 panneaux pour ~2.000€) et le programmant pour fonctionner en milieu de journée, il parvient également à assurer une plus grande autoconsommation (55%) et présente un meilleur retour sur investissement.

 

Conclusions : la facture totale sera de l’ordre de 7.850€ (compte-tenu du surplus électrique revendu pour investissement en année 0 de l’ordre de 5.500€)

   

Mais si la place venait à manquer ou si les inconvénients du boiler thermodynamique deviennent rédhibitoires, n’y aurait-t-il pas une autre alternative, compacte, silencieuse, et facile à installer ?

 

  

La solution WANIT

 

Grâce à l’ingénieuse configuration de son système et de son boiler photovoltaïque bi-cuve, il est possible d’obtenir un taux d’autoconsommation photovoltaïque de plus de 80% à l’aide d’un WANIT couplé à 3 ou 4 panneaux PV. L’investissement de départ (4.500€, 4 panneaux PV inclus) est légèrement plus onéreux que celui d’un boiler thermodynamique, mais bien inférieur à celui d’une PAC couplée à des panneaux PV.

 

Conclusion :  Même à faire l’appoint hivernal à l’électricité (non obligatoire), le montant total dépensé est le plus faible de toutes les solutions présentées ci-dessus : 7.500€. La dépense pour l’eau chaude pour toute une famille de 3 personnes est limitée à 14€ par mois !

 

En réalité, le système WANIT bat tous les autres boilers, même couplés à des panneaux PV dès la 6ième année. C’est le système le plus rentable du marché.

 

Au-delà de sa compétitivité économique, WANIT présente de nombreux autres avantages :

 

-        il est ultra compact. Les m² comptent !

-        il peut se placer au mur de manière horizontale (par ex. au-dessus d’un meuble de cuisine)

-        ses 80 litres équivalent 120 litres lorsqu’il est porté à 85°C

-        il est silencieux  : il peut être installé dans une chambre à coucher ou dans des espaces exigus (tiny house)

-        il est extrêmement simple à installer :  2 câbles suffisent pour relier le boiler aux panneaux PV

-        pas de revente d’électricité mais le système WANIT comprend déjà un chargeur de batterie et un pilote d’accessoires électriques et offre donc la possibilité d’utiliser l’électricité excédentaire pour les circuits domestiques (éclairage, TV, frigo,..) via une petite batterie complémentaire peu coûteuse. 

 

Enfin, last but not least, WANIT permet de prolonger la durée de vie d’une chaudière thermique et d’augmenter les économies en continuant à l’utiliser que l’hiver : ce qui reviendra 3x moins cher que l’appoint électrique avec les résistances d’appoint intégrées. Cette solution permettra surtout d’éteindre complètement sa chaudière thermique pendant toute la période de non-chauffe, représentant d’ultérieures économies pour son propriétaire.



[1] L’étude complète peut être obtenue sur simple demande.

435 vues0 commentaire

Commentaires


Post: Blog2_Post
bottom of page